1er mai 2013 : une journée de lutte !

wb_5EF9AB339468484D92257E57789104E1Nous sommes à quelques jours de la journée internationale du travail du 1er Mai. Dans un contexte économique, social et politique des plus incertains en France et en Europe, le syndicalisme a une responsabilité : celle de rassembler les salariés pour construire des réponses à la crise à partir de leurs besoins et de leurs intérêts.
En Europe, les politiques d’austérité montrent partout leur incapacité à résoudre les problèmes posés au monde du travail. Elles aggravent au contraire la situation faite aux salariés, aux retraités et aux privés d’emploi et font entrer la France, après d’autres pays, dans une situation économique récessive.
Faire reconnaître le travail et sa rémunération est un enjeu central pour sortir de la crise, c’est une alternative dont la pertinence commence à convaincre. Un certain nombre d’économistes estiment que la relance économique passe par l’augmentation des salaires.
La CES vient de décider d’une semaine d’action coordonnée en Europe du 7 au 14 juin pour « changer de cap contre les politiques d’austérité ».
La situation des salariés dans le monde appelle le syndicalisme à intervenir à l’échelle mondiale et à la solidarité entre les salariés.Voilà le cadre offensif dans lequel nous devons inscrire la journée internationale du travail du 1er Mai en France.
Le 1er Mai 2012 était placé entre les deux tours de l’élection présidentielle et porteur d’espoir d’un changement politique auquel nous avons participé, force est de constater qu’un an après, la situation sociale n’a pas évolué de manière positive : Le Medef se frotte les mains et Le front national est en embuscade… Les salariés, eux oscillent entre colère et résignation !
Malgré notre appel d’un 1er Mai unitaire, la CFDT, la CFTC et l’UNSA ont fait un autre choix, celui de manifester entre signataires et promoteurs de l’ANI à Reims.Cette démarche que nous regrettons profondément, ne doit pas nous empêcher de proposer aux salariés de nous rassembler dans des manifestations unitaires avec une démarche résolument européenne et internationale de lutte.
« Mettons les pieds dans le plat ! » lance notre tract du 1er Mai.Toutes la CGT s’engage pour porter cette exigence : un autre monde est possible !
Il est temps de faire entendre notre voix, il est temps de nous unir, de nous rassembler, solidaires, contre l’austérité, l’insécurité sociale généralisée et pour autre une répartition des richesses créées par notre travail.
Bon 1er Mai de luttes et de revendications à toutes et tous !

MANIFESTATION REGIONALE A PARIS A PARTIR DE 15H00 DE BASTILLE A NATION

Auteur: union_admin

Partager cet article :
%d blogueurs aiment cette page :