27.11.2015 Prévisions budgétaires de la CCAS pour 2016

La prévision budgétaire pour l’exercice 2016 de la Caisse de Coordination aux Assurances Sociales (CCAS) est l’occasion pour notre Conseil d’examiner la politique de protection sociale, un des piliers de notre entreprise, menée par la CCAS en matière de risques Maladie / Accidents du travail et Maladie Professionnelle.

On continue de constater, et ce malgré une politique sévère de la Caisse depuis plusieurs années, une progression importante (de 8,6%) du budget consacré aux risques liés aux accidents du travail et aux maladies professionnelles. Ce chiffre a été calculé au vu de l’augmentation significative ces dernières années du nombre d’accidents du travail. En effet, depuis 2011, le nombre de jours d’arrêt a augmenté de près de 50%. Le taux de gravité, lui aussi, augmente puisque le nombre de jours d’arrêts est induit par les AT. Il est impossible de ne pas faire le lien avec la dégradation des conditions de travail et les insuffisances de formation que nous constatons sur le terrain. Autant de questions qui renvoient aux effets négatifs des politiques de productivité qui sont au centre du plan d’entreprise.

Ainsi, on voit à travers le budget de la Caisse que les choix en matière de politique sociale de l’entreprise tendent à peser de plus en plus lourdement sur les comptes.

Le budget de la Caisse lui-même n’est pas exempt de critiques. On y trouve notamment 500 000 € consacrée aux contrôles des agents, tâche sous-traitée à une entreprise privée. Ainsi, on continue à privilégier une politique de répression au demeurant inefficace au détriment de la prévention.

Celle-ci devrait au contraire retrouver une place centrale, via la formation pour éviter les risques liés aux accidents du travail ou aux maladies professionnelles.

Les phénomènes déjà pointés lors de l’examen des comptes de la CCAS, à savoir la remontée de l’absentéisme et de l’inaptitude après plusieurs années de baisse, la forte progression des accidents du travail, nous avaient conduits à proposer qu’au sein du

Conseil d’Administration, un point annuel soit fait sur la politique des ressources humaines, sous une forme à déterminer.

C’était d’ailleurs une des propositions du rapport sur la gouvernance du Conseil examiné il y a un an. Nous avons besoin d’urgence d’une analyse des causes qui sont à l’origine de ces évolutions préoccupantes. Et cela nous paraît d’autant plus nécessaire dans une entreprise où 70% du prix de revient du service produit est constitué par les dépenses de personnel et où par conséquent les orientations en matière de RH ont un impact important sur les résultats.

En conclusion, au lieu de voir les dépenses de santé comme un coût, nous devrions plutôt les considérer comme un investissement pour la santé de nos salariés. C’est au regard de ces éléments que nous voterons contre le budget 2016 de la CCAS qui nous est soumis.

Auteur: CGT_admin

Partager cet article :
%d blogueurs aiment cette page :