Intervention de la CGT-RATP lors de la réunion de l'Observatoir des Conditions d'Exercice des Métiers

wb_7C1A482A7CF64F3BA4EC7286482446EAIntervention de Eric Turban lors de la réunion de l’OCEM du 19 mars 2014 : En octobre 2008, se sont ouverts les 1ers échanges pour aboutir au protocole OCEM. Ce dernier a été renouvelé en décembre 2013. La CGT s’est fortement impliquée dans l’élaboration de ce dispositif.
Nous pouvons que regretter qu’il n’y ait pas eu de bilan sur le 1er accord. Ce bilan aurait pu décliné les sujets qui ont été traités, si les préconisations avaient été toutes ou parties appliquées dans les Départements et le cas échéant expliquer les raisons de la non retenue des recommandation émises par l’OCEM.
Pour la CGT, ce suivi parait nécessaire et devrait s’imposer de fait sur 2014, dans le cas contraire, nous craignons que l’ambition affiché, que l’OCEM devienne incontournable pour la prévention des AT, de l’inaptitude ou de la pénibilité décrédibilisent l’observatoire et engendre de la lassitude qui pourrait gagner chaque acteur de l’OCEM.
Nous notons l’ajout de la médecine conseil au sein de l’observatoire, le consensus sur le choix des cabinets d’experts ainsi que la participation des Directeurs d’Unités Opérationnelles.
En 2014, des sujets d’importance vont être abordés. L’un des premiers et qui est à l’ordre du jour de cette séance, est la pénibilité.
Il paraît nécessaire sur ce sujet :
– De faire un état des lieux des évaluations par département, avec un focus sur les séniors, en lien avec le contrat génération.
– De faire un rappel du cadre règlementaire.
– D’avoir une réflexion sur les salariés du droit privé, avec la mise en place d’un compte pénibilité comme le prévoit l’ANI.
– De combler la disparité suite à la suppression des tableaux SAB en 2009, pour les nouveaux entrants sous statut.
– D’avoir une cartographie du nombre de salariés exposés par thème de pénibilité.
Mais aussi d’autres sujets d’importance, seront abordés tout au long de l’année, pour ne citer qu’eux, l’amiante, les RPS, les conséquences des réorganisations, l’étude mortalité etc.
Par ailleurs, pour essayer d’appréhender au mieux les sujets, il nous parait indispensable que soient remontés au niveau de l’OCEM, les résultats et les préconisations émises lors des expertises qui sont demandées dans les CHSCT, mais aussi les comptes rendus des différents COPILS.
Enfin, ne nous interdisons pas d’ajouter une ou deux séances supplémentaires, si le besoin s’en fait ressentir, nous pourrions aborder la présentation des indicateurs de l’année précédentes sur les accidents du travail, ainsi qu’un suivi des préconisations des années antérieures.
Pour conclure, l’OCEM ne doit pas se résumer à de pures déclarations d’intention, mais bien de mettre en œuvre tout ou partie les préconisations proposées, avec l’objectif d’une meilleure prise en compte des conditions d’exercice des métiers des agents de la RATP.

Auteur: union_admin

Partager cet article :
%d blogueurs aiment cette page :