Le 4 avril : tous dans l'action pour imposer d'autres choix !

wb_EF401803A04C44F4A2E3238D18A0EF93La situation de l’emploi, tant au plan européen que national, pose la question des politiques mises en œuvre, et ce, à chaque niveau.

Au prétexte d’une crise économique et financière majeure et dont les salariés ne sont nullement responsables, les choix politiques qui actuellement prévalent, font de l’austérité la règle et de la remise en cause des acquis collectifs l’ambition à peine voilée.
C’est dans ce cadre que se multiplient, partout en France notamment, des fermetures d’entreprises et de sites industriels, contribuant d’autant à un taux de chômage historiquement haut en Europe et en France.
Cette « logique » politique trouve aussi, au sein de notre entreprise publique nationale de service public qu’est la RATP, des répercussions importantes : en six ans, c’est plus de 4000 postes qui ont été supprimés.
Cette situation est inadmissible ! Au prétexte d’une augmentation aveugle de la productivité, l’emploi est mis à mal et cela jusqu’à remettre en cause notre capacité à assurer pleinement nos missions de services publics.
Le recours à la sous-traitance d’une partie de nos activités, les réorganisations récurrentes dans chaque secteur de l’entreprise et dont le seul but est des suppressions de postes, pèsent négativement sur le niveau de l’emploi et portent atteinte aux conditions de travail.
L’aspiration à de bonnes et toujours meilleures conditions de travail est une revendication qui s’inscrit dans une double exigence : celle de mieux vivre son travail pour ne pas perdre sa vie à la gagner et améliorer la qualité du service rendu aux usagers. La politique menée à la RATP néglige l’une et l’autre de ces dimensions.
Lors de réorganisations, systématiquement la question de l’étude des impacts sur les conditions de travail des agents est négligée et la mise en œuvre de « l’observatoire des conditions d’exercice des métiers » n’a en ce sens rien changé.
La politique salariale menée à l’entreprise est aussi un sujet de mécontentement des agents.
C’est là la conséquence du manque de volonté de mener de véritables négociations salariales depuis plusieurs années et de la décision unilatérale de la direction d’augmenter de 0,5% la valeur du point au 1er juillet 2013… une telle mesure, au-delà de la véritable provocation qu’elle constitue est très loin de répondre à l’aspiration des agents de mieux vivre du fruit de leur travail, à la relance de l’économie et au financement de notre système de protection sociale, notamment de nos retraites.
Dégradation du niveau de l’emploi, des conditions de travail, modération salariale, sont autant d’éléments qui s’inscrivent dans le contexte d’un choix stratégique de développement du « Groupe RATP », par opposition au développement du service public via l’EPIC RATP.
Nous nous opposons à cette orientation qui s’inscrit dans une fuite en avant au prétexte d’une éventuelle ouverture à la concurrence des réseaux, comme cela est déjà le cas pour les nouvelles lignes.
La RATP doit s’appuyer sur ce qui fait sa force : son statut d’entreprise publique national, une entreprise « intégrée » en pleine capacité de penser les réseaux d’aujourd’hui et de demain par son ingénierie, d’exploiter les réseaux existants et à créer, de maintenir l’ensemble des matériels et infrastructures.
Développer cette force et ainsi garantir la pérennité de notre service public, c’est notamment réorienter en profondeur les choix stratégiques et politiques qui sont faits, c’est investir dans l’emploi, c’est veiller à l’amélioration constante des conditions de travail, c’est mettre en place une véritable politique salariale.
Autant d’exigences qui appellent à d’autres choix !
LA CGT-RATP APPELLE A UNE GRANDE JOURNEE DE MOBILISATION LE 4 AVRIL 2013.
RENDEZ VOUS A PARTIR DE 10H00 AU SIEGE DE LA RATP !
RENDEZ-VOUS A PARTIR DE 13H30 DEVANT LE MINISTERE DES TRANSPORTS !

UN PREAVIS DE GREVE SERA POSE AFIN DE COUVRIR L’ENSEMBLE DES SERVICES ET DES CATEGORIES DU 3 AVRIL A 22H30 AU 5 AVRIL A 6H30.

Author: union_admin

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :