Le ministre confirme la politique de Sarkozy…

wb_C0DF302E7B0C46B194A53B3C3D8DE78EAprès 8 mois d’attente, enfin une nouvelle lettre de mission du gouvernement au PDG de la RATP !
Le ministre délégué aux Transports, Frédéric CUVILLIER, vient d’adresser une lettre de mission au PDG de la RATP … deux mois après l’adoption d’un Plan d’entreprise régressif…
Dès le changement de pouvoir politique intervenu au printemps dernier, la CGT-RATP avait exprimé une demande simple auprès du nouveau gouvernement et de ses représentants : une nouvelle lettre de mission adressée au PDG.
La précédente lettre de mission date de septembre 2009 et était signée N. Sarkozy. En vertu de ses préconisations, la RATP vit depuis des années au rythme d’un plan de productivité destructeur pour l’emploi, mais aussi pour la qualité de service.
Des milliers de postes de travail ont ainsi été sacrifiés (plus de 2700 depuis 2009), les effectifs de l’EPIC RATP se situent aujourd’hui sous leur niveau de 2004, alors que l’offre de service a augmenté entre temps de 11% et le trafic voyageurs de 20% !
La demande de la CGT-RATP avait donc toute sa légitimité, renvoyant aux pouvoirs publics la responsabilité de fixer les orientations d’une entreprise publique qui est, par définition, le relais privilégié de la politique gouvernementale. C’était à nos yeux la condition pour que s’engagent à la RATP le « changement », les réorientations indispensables à l’amélioration du Service Public et à la mise en œuvre des grands objectifs proclamés en matière d’emploi et de reconquête industrielle.
Pourtant, ce n’est pas cette démarche qui a prévalu… La nouvelle lettre de mission assignée au PDG de la RATP par le ministre intervient a posteriori de l’adoption, par le Conseil d’Administration de la RATP où siège des représentants des ministères, d’un nouveau Plan d’Entreprise dénommé « Vision 2020 » et qui définit les grandes orientations de la RATP pour les huit années à venir…
Un Plan d’Entreprise dont l’axe central demeure la réduction du « coût du travail » et qui (le ministre le confirme) a reçu l’accord plein et entier du gouvernement, ses représentants soulignant à cette occasion sa « continuité » avec les choix à l’œuvre antérieurement…

Où est, dans la gestion du service public, le « changement » ?

Le contenu de la lettre du ministre est révélateur de la contradiction de fond entre les ambitions nouvelles affichées d’un côté et de l’autre la poursuite de choix dictés par les mêmes dogmes libéraux qu’hier !
Ainsi, comment peut-on espérer une « amélioration des transports au quotidien » et « la réalisation des objectifs du contrat STIF » si on continue à faire de la course à la réduction des coûts de personnel l’Alpha et l’Omega de la gestion de l’entreprise ?
De même, comment « veiller à la compétitivité sociale de la RATP » comme le demande le ministre sans remise en cause d’une politique sociale où les salaires sont bloqués et où les conditions de travail et les conquêtes sociales des personnels sont sans cesse attaquées ?
Ces contradictions confortent la CGT-RATP dans son exigence d’un abandon immédiat du plan de productivité, des restructurations et projets qui en découlent.
Il n’est pas acceptable que l’année 2013 se traduise par une nouvelle suppression de plus de 600 postes qui viendrait s’ajouter aux 4000 supprimés depuis 2006… alors que la « priorité à l’emploi » est partout proclamée.
La RATP a besoin en urgence d’une remise à niveau de ses effectifs. Elle a besoin également d’une mesure d’augmentation significative des salaires, indispensable en termes d’attractivité sociale comme en matière de contribution à la relance économique.
Nous réaffirmons également notre vigilance sur des sujets majeurs d’actualité sur lesquels la lettre du ministre est étrangement muette, notamment :
– L’avenir du « réseau bus »,
– Le caractère intégré des fonctions d’exploitation, de maintenance et d’ingénierie au sein de l’EPIC,
– La réaffirmation de la RATP comme entreprise publique nationale de service public et son statut d’EPIC.
La CGT-RATP continuera à appeler les personnels à se mobiliser sur ces objectifs, pour que le changement promis et attendu prévale enfin à la RATP !

Author: union_admin

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :