SECUREX : La CGT (elle) ne déserte pas le champ de bataille !

wb_868A2BD25B3745D58F7CFAC498D41C02Elle est bien loin la Caisse des « jours heureux », celle qui berçait d’illusions les naïfs, ceux-là mêmes qui, signataires du « contrat social » (UNSA, CFDT, FO, CFE/CGC) et même SUD aujourd’hui, ne savent plus comment faire lorsqu’ils font mine de découvrir la « mécanique répressive » qu’ils ont contribué à mettre en place.
Les malades sont considérés comme des tricheurs en puissance. La RATP, les yeux rivés sur ses objectifs de productivité, a mis en place une véritable « chasse aux malades », elle a multiplié les contrôles ces dernières années et recourt même à une entreprise de véritables « mercenaires du contrôle médical » : SECUREX, pour la coquette somme de 200.000 € par an et la réalisation de 2.000 contrôles…
Le comble, c’est que désormais la RATP ne veut plus payer SECUREX. C’est la fin des contrôles ? Sûrement pas ! Bien au contraire, ils vont se multiplier et passer dorénavant à 6.000 par an. Qui va payer ? C’est nous, par un tour de passe-passe en faisant prendre en compte cette dépense non plus dans les comptes de l’entreprise, mais dans notre caisse de protection sociale qu’est la CCAS-RATP ! Combien cela va coûter ? La bagatelle de 500.000 € !
Face à cette situation inadmissible, la CGT-RATP a participé à la mobilisation des agents en les informant, et ce afin de réorienter la politique sociale et de redonner un visage humain à l’action de la RATP et de la CCAS dans le rapport aux malades notamment.
C’est ainsi que nous avons mis en place une pétition, informé les agents par voie de tracts et appelé à la mobilisation.
La CGT-RATP dénonce, refuse et combat le fait que désormais la CCAS fasse appel à SECUREX pour les contrôles médicaux. Dans ce cadre, nous avons mis en place une véritable stratégie de lutte afin de tenter d’empêcher le vote du budget 2014 à la CCAS :
Lors du Conseil d’Administration du 25 octobre 2013 qui devait voter le budget 2014, nous avons quitté la séance. Pas de politique de la « chaise vide », mais une véritable stratégie de lutte car Il était alors impossible à la CCAS de voter son budget, du fait qu’il n’y avait pas le quorum nécessaire pour cela… c’était là une première victoire !
Le règlement intérieur de la CCAS prévoit qu’il faut alors convoquer une autre réunion du Conseil d’Administration pour voter le budget. Hélas, lors de cette deuxième réunion, le vote se fait sans obligation de quorum… De fait, pour s’opposer au budget 2014 de la CCAS et donc au financement de SECUREX, il fallait voter contre.

Que chacun le sache, le budget a été adopté, résultat du vote est le suivant : POUR 24 voix (direction), CONTRE 7 voix (CGT)… les autres syndicats ont quitté la séance avant le vote, ils ont quitté le champ de bataille et seule la CGT-RATP a voté contre le budget 2014 de la CCAS, souvenez-vous en le moment venu !

Author: union_admin

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :