FacebookTwitterGoogle+EmailPrint


nos Communiqués

Communiqués - CGT-RATP

Hommage à Georges Séguy

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que nous avons appris le samedi 13 août 2016, le décès de Georges Séguy, à 89 ans, ancien Secrétaire Général de la CGT de 1967 à 1982.

C’est une grande figure de la CGT et du syndicalisme qui vient de nous quitter. Infatigable porteur de valeur humaine et des droits émancipateurs pour tous les salariés, c’est ce qui le guidera jusqu’à son dernier souffle.

Très tôt dans sa jeunesse, il s’engage dans la résistance au moment de la deuxième guerre mondiale.

De part son engagement en tant que premier dirigeant de la CGT, il aura à cœur de faire vivre la démocratie interne de la CGT. Tout comme, il laissera une place importante aux jeunes et aux femmes pour qu’ils/qu’elles prennent des responsabilités.

Sa responsabilité sera marquée notamment par les événements de mai 68 avec de nombreuses grèves dans les entreprises, qui conduiront à une augmentation de 35% du SMIG et de la création des sections syndicales d’entreprise, suite aux négociations de Grenelle et son relevé de conclusion.

Encore aujourd’hui, il était très attentif et au fait de l’actualité dans un monde où le capitalisme n’a plus de limite, faisant progresser la précarité et les inégalités de façon incessante. Il disait en 2013 :« Il ne suffit pas de s’indigner, il faut s’engager ».

Cette formule trouve encore tout son sens, avec la Loi travail et tous les choix politiques qui ne répondent pas aux revendications premières des salariés.

Georges Séguy sera inhumé dans la stricte intimité.

Un hommage lui sera rendu, en septembre, par la CGT.

Montreuil, le 14 août 2016

MÉTÉO SOCIALE : LE NIVEAU MONTE !

Depuis 3 h du matin, le préavis de grève illimité de la CGT-RATP est rentré en action.

« Salaires » et « retrait de la loi Travail » sont les deux exigences portées par les milliers de salariés en grève aujourd’hui à la RATP. Le rassemblement au siège de l’entreprise qui a fait suite aux centaines d’assemblées générales organisées ce matin même dans chaque secteur, a été une réussite !

Malgré une campagne interne de démobilisation, les agents de la RATP ne sont pas dupes : la loi « Travail » aura des impacts directs sur leur quotidien et leur avenir, remettant en cause, à terme, leur statut.

Malgré la désinformation de la Direction concernant la politique salariale qui tente d’expliquer l’inexplicable : 0% d’augmentation du point d’indice pour la seconde année consécutive alors qu’elle a réalisé ces 3 dernières années, 1 milliard de résultats…

Les agents de la RATP se sont fortement mobilisés aujourd’hui,

Ils inscrivent leur action dans la durée.

Le haut niveau de mobilisation de cette première journée est un signe d’encouragement pour élargir et amplifier le rapport de force.

A l’image du gouvernement sur la Loi « Travail », la Direction de la RATP joue le « bras de fer » sur les salaires. C’est là, en réalité, un signe de grande fébrilité. Nous appelons l’ensemble des syndicats de la RATP à se mobiliser de manière convergente, comme nous l’avons fait en mars dernier, car, c’est l’intérêt des agents qui doit primer…

La CGT-RATP appelle à ce que l’ensemble des agents se réunisse en assemblée générale, chaque jour, pour décider des modalités d’actions permettant l’élargissement de la mobilisation.

La CGT-RATP organisera, dès la semaine prochaine, la votation citoyenne initiée par les 7 organisations syndicales nationales.

La CGT-RATP s’inscrit pleinement dans la réussite de la journée d’action et de grève du 14 juin décidée par l’intersyndicale, pour le retrait du projet de loi « Travail ».

Il n’y aura pas de « mi-temps » dans l’action qui s’est engagée, la balle est aujourd’hui dans le camp du gouvernement et de la RATP, pour répondre aux revendications.

RATP : les signaux économiques sont au vert… les salaires sont eux à l’arrêt !

Pour la seconde année consécutive, l’indice salarial n’est pas augmenté à la RATP, malgré un résultat record net de 355 millions d’euros en 2015, c’était déjà 285 millions d’euros en 2014 !

Par ce gel salarial, l’entreprise bloque volontairement les augmentations générales pour mettre en place des primes (qui ne financent pas notre protection sociale), pseudo compensations des dégradations des conditions de travail.

L’entreprise argumente sur une augmentation annuelle de 2,2 % de la masse salariale, c’est aussi ce qu’elle colporte dans les médias, or, la réalité est bien différente : ce chiffre est une moyenne et si certains voient leur augmentation être bien supérieur à 2,2 %, pour le plus grand nombre c’est en deçà, voir nul !

Après plusieurs journées d’action : le 9 mars, le 11 mars, le 31 mars… et face au blocage de la direction (belle vision du dialogue social !), la CGT-RATP a déposé un préavis de grève illimitée à compter du 2 juin 2016 pour obtenir la réouverture des négociations salariales.

Si la direction reste arc-boutée sur sa position, nous n’avons pas l’intention de faire une trêve « événementielle » dans les semaines à venir, Euro 2016 inclus.

La période, c’est aussi, en France, la mobilisation contre la loi « Travail ». La CGT porte la proposition d’un code du travail du 21ème siècle (32h, nouveau statut du travail salarié,…). Les agents de

la RATP sont pleinement inscrits dans ce combat, leur action à compter du 2 juin sera aussi inscrite dans cette contestation.

Notre préavis couvre l’ensemble du personnel et des services de l’entreprise, les modalités d’action les mieux adaptées à chaque service seront mises en oeuvre.

picto-pdf Communiqué de presse relatif à la grève illimité dès le 2 juin 2016

Oui au progrès social, Non à la provocation policière !

Jeudi 28 avril 2016, jeunes, étudiants, salariés du privé, du public, des retraités… défilaient pacifiquement contre la loi « Travail », certains d’entre nous ont été victimes de violences policières sur la place de la nation.

Les forces de l’ordre, à l’opposée de leur mission de protection et d’encadrement, ont réalisé un véritable « traquenard » à Paris, place de la Nation en fin de manifestation. Des manifestants, des militants syndicaux se sont retrouvés encerclés et ont été interpellés, ne leur laissant aucune possibilité de disperser le cortège dans le calme.

Ainsi, un de nos militants de la CGT-RATP, membre de la direction du syndicat, connut de tous comme quelqu’un de mesuré et de responsable a été arrêté. À cette heure, il se trouve toujours en garde à vue alors qu’il tentait, lors de la dispersion du cortège, de s’interposer pour protéger une jeune fille de la charge policière.

D’autres militants de la CGT, se retrouvent dans cette situation et risquent peut-être de la prison ferme… Ces situations sont inadmissibles, nous les condamnons fermement !

Défendre nos droits, porter notre aspiration à une société plus juste ne fait pas de nous des criminels. Le gouvernement devrait en prendre la mesure, se rappeler de l’histoire sociale qui est la nôtre en France, et utiliser ses moyens pour lutter contre les véritables voyous en « col blanc » qui saignent notre société.

Nous condamnons fermement les arrestations et les gardes à vue sommaires, tout autant que les comparutions immédiates qui ont lieu dans ce cadre, signe d’une justice expéditive qui veut mettre au pas celles et ceux qui oseraient dire non à cette politique de recul sociale sans précédent.

Ces arrestations sont injustifiées et les accusations sont mensongères. Nous exigeons l’abandon des poursuites judiciaires et la libération des personnes arrêtées.

Nous devons pouvoir manifester dans de bonnes conditions et en toute sécurité. Les forces de l’ordre et les services de l’État doivent assurer la protection de tous les citoyens et ne pas tenter, par des dispositifs dangereux et des actes violents, de discréditer les mouvements sociaux qui restent d’ampleurs, qui revendiquent le retrait du projet de la loi « Travail » et portent l’ambition d’un véritable Code du travail du 21ème siècle, protecteur et de haut niveau social pour les salariés actuels et les générations futures.

Paris, le 30 avril 2016 – 11h30

Fichage des salariés, inadmissible !

Sous couvert de réaliser une typologie des conducteurs, la Direction de la Ligne A du RER tente d’obtenir des informations illégales et parfaitement
subjectives, sur le comportement supposé de tel ou tel agent.

En effet, dans un courriel, la chargée de mission au département RER, direction de l’unité Transport ligne A, semble avoir été missionnée par la direction pour réaliser un fichier « des conducteurs », comportant des informations relatives, notamment aux « agents difficiles », ou encore aux « meneurs », ou encore aux « délégués ». Ainsi, elle a sollicité manifestement des membres de l’encadrement pour obtenir des informations demandées dans le cadre de cette mission.

Pour cette raison, la CGT-RATP a interpelé la Présidente Directrice Générale de la RATP ainsi que la Présidente de la CNIL et les Inspecteurs du Travail compétents, au regard d’une politique managériale inadmissible qui semble s’inscrire de manière officielle sur la ligne A du RER.

Pour la CGT RATP, il est parfaitement inadmissible, qu’un représentant de la direction tente ainsi de créer un fichier parfaitement illégal d’agents supposés avoir des comportements non conformes, en opposition à ce qui serait supposé être un comportement adapté.

Au-delà des faits évoqués qui sont inadmissibles, la compilation des résultats de cette recherche dans des fichiers tomberait bien évidemment sous le coup de la loi.

Les élus CGT-RATP du CE RER, ont interpelé, à ce sujet, la Direction du RER, lors de la séance du 15 avril 2016. Devant l’attitude désinvolte de la Direction les élus CGT-RATP ont quitté la séance.

Face à une situation d’une telle gravité, la CGT-RATP, envisage toute suite possible mettant un terme définitif à de telles pratiques.

picto-pdf2016 04 15 CP CGT-RATP Fichage salariés RER Ligne A

Communiqué CGT-RATP et UNSA-RATP grève du 31 mars 2016

Les syndicats CGT et UNSA de la RATP, dénoncent le gel de la valeur du point au niveau de l’entreprise après la clôture des négociations collectives. Cette situation est d’autant plus inadmissible que les résultats financiers de l’entreprise atteignent des niveaux historiquement hauts ! Augmenter la valeur du point, c’est augmenter de manière générale …

picto-pdf Cmmuniqué CGT et UNSA RATP intégral

Embauches à la RATP… la réalité ne se trouve pas dans une campagne de communication !

C’est à grand renfort de communication que la PDG de la RATP, Mme Élisabeth Borne, vient d’annoncer un plan d’embauche de 3.000 personnes à la RATP. C’est vrai… mais c’est très incomplet… décryptage :

La RATP est une entreprise publique nationale composée d’un EPIC de 42.734 agents sous statut* en 2015 et de filiales composées d’environ 15.000 salariés, le tout formant le « Groupe RATP ». Chaque année, l’EPIC RATP engage des réorganisations dont le seul but est de générer des gains substantiels de productivité, principalement via des suppressions de postes.

La RATP embauche ? Oui, mais il ne faut pas oublier que son réseau se développe : mise en place de nouvelles lignes de Bus et de Tramway, prolongement et modernisation de lignes de Métro, grands chantiers de rénovation des infrastructures ferroviaires, etc…

Là où il faudrait embaucher 100 personnes, la RATP en recrute 12 ! C’est de la « productivité de croissance », détail important que la direction de la RATP a soigneusement « oublié » de mettre en avant dans son plan de communication :

Renforcement de l’offre de transport + Besoins nouveaux*

PRODUCTIVITE*

BILAN

2012

+ 442

– 705

La RATP
aurait due créer

3.347 postes
(financés par le STIF), elle n’en a créé
que 405 …

2013

+ 684

– 698

2014

+ 853

– 594

2015

+ 823

– 525

2016

+ 545

– 420

TOTAL

+ 3.347

– 2.942

Ce sur quoi la direction de la RATP ne communique pas, ce sont les 2.942 suppressions de postes sur les 5 dernières années !

La RATP « omet » aussi de parler des départs : retraite, décès, départs volontaires, révocations…

À l’heure où la France compte un taux de chômage record, notre entreprise publique nationale devrait être exemplaire en terme de développement de l’emploi, ce qui est loin d’être le cas !

Le 9 mars dernier, les agents de la RATP se sont fortement mobilisés pour les salaires et pour l’emploi… Jusqu’à quand la direction de l’entreprise, le STIF, la Région et le gouvernement vont poursuivre leur œuvre commune de destruction de l’emploi, tout en communiquant comme des  champions du recrutement ?

* Chiffres issus du « Bilan social » 2015 et du « Contrôle de gestion » – Documents officiels de la RATP.

picto-pdf A télécharger ici

LE 9 MARS, FAISONS PASSER LA LUTTE DU VIRTUEL AU RÉEL !

À la RATP comme partout en France, les raisons d’agir et de se mobiliser ne manquent pas : politiques d’austérité, destruction de l’emploi, reculs sociaux…

À la RATP, les négociations salariales vont, cette année encore, aboutir à un gel ou une augmentation insatisfaisante de la valeur du point, ce sont les éléments que nous a indiqués la direction durant les deux réunions préparatoires à la négociation.

MOBILISONS-NOUS POUR IMPOSER UNE AUGMENTATION SIGNIFICATIVE DE NOS SALAIRES !

À la RATP, les suppressions de postes se poursuivent, en moyenne 700 postes par an disparaissent ! Cette politique à des impacts directs sur les conditions de travail et sur la qualité du service public !

STOP AUX SUPPRESSIONS DE POSTES ET OUI AU RETOUR A UN BON NIVEAU DES EFFECTIFS !

Le 9 mars, à la RATP, mobilisons-nous pour porter nos revendications ! :

  • 300 € d’augmentation pour tous et augmentation de 3 % de la valeur du point pendant 6 ans,
  • Arrêt des suppressions de poste et embauches pour assurer nos missions de service public.

LE 9 MARS, LA CGT-RATP APPELLE L’ENSEMBLE DES AGENTS À CESSER LE TRAVAIL ET À SE RÉUNIR AU SIÈGE DE L’ENTREPRISE À PARTIR DE 10h00.

En France, le projet de loi sur la réforme du Code du travail est un retour aux dispositions du 19ème siècle ! Tous les secteurs sont touchés : temps de travail, compensation des heures supplémentaires, travail des enfants, indemnités prud’homales, etc…

Mais surtout, c’est l’inversion des normes : ce ne serait plus la loi qui serait un socle minimum des droits et les négociations d’entreprises qui ne pourraient qu’aller dans un sens plus favorable pour les salariés, mais la loi serait un simple « repère » et des accords d’entreprises pourraient aller en deçà : augmentation du temps de travail, diminution des salaires, etc…

MOBILISONS-NOUS POUR LE RETRAIT DE CE PROJET DE LOI !

Presque 1 million de signatures de la pétition sur internet, des millions de post sur les réseaux sociaux : passons de la lutte virtuelle à la mobilisation dans le réel !

LA CGT-RATP APPELLE À PARTICIPER AUX DEUX AUTRES INITIATIVES SUR PARIS LE 9 MARS :

  • À 12h30 DEVANT LE MEDEF POUR UNE MARCHE JUSQU’AU MINISTÈRE DU TRAVAIL,
  • À 14h00 PLACE DE LA REPUBLIQUE.

>>> picto-pdf

IRP Transversales AGENDA nos COMMUNIQUES En DIRECT Newsletter Mentions legales
© 2014 Cap Développement