nos Communiqués

Communiqués - CGT-RATP

Tous dans l’action le 19 avril, Journée de convergence des luttes !

Les besoins d’agir à la RATP se multiplient, au regard de l’ensemble des mauvais coups et des projets à venir que nous avons subis et que nous subirons sans intervention des salariés dans le cadre du rapport des forces.

Il en va ainsi des questions dites « sociales » à l’entreprise, telles la régression des droits « enfants malades », l’augmentation de la CSG, le gel des salaires, les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail…

Avec un résultat financier net de 213 Millions d’euro pour 2017, soit +50.7% par rapport à 2016, la RATP récolte les fruits d’une politique sociale quasi au point mort, d’une politique salariale qui impacte négativement la rémunération pérenne des agents, des suppressions de postes par centaines qui génèrent des dégradations importantes de conditions de travail.

Au plan national, s’ouvre aussi un débat sur la question des services publics et de leur avenir, particulièrement celui assumé par la SNCF et remis en cause par le rapport « SPINETTA » qui préconise, notamment, la suppression des lignes dites « non rentables » s’attaquant ainsi à l’esprit même de ce qu’est un service public et aussi la suppression du statut des agents de la SNCF…

L’ensemble de ces questions, tant celles propres à la RATP que celles qui, aujourd’hui, touchent la SNCF mais auront inévitablement et de manière indiscutable des impacts pour la RATP, appelle à la mobilisation des agents sur la double question de la défense du service public et des conditions de sa réalisation (Statut, rémunération, dispositions sociales, effectifs…).

Dans ce contexte, la CGT-RATP a déposé un préavis de grève du mercredi 18 avril 2018 -22h au samedi 21 avril 2018 – 7h. Nous appelons l’ensemble des agents de la RATP à se mobiliser les jeudi 19 et vendredi 20 avril 2018 et à se rassembler le jeudi 19 avril au siège de la RATP à partir de 10h30 et à participer à la manifestation régionale qui sera organisée à partir de 14 h devant la gare Montparnasse

Des Assemblées Générales seront organisées les 19 et 20 avril pour que les agents puissent décider collectivement des suites à donner au mouvement social.

Paris, le 16 avril 2018

La Région IDF joue le service public… Contre le service public !

Décidément, la majorité politique régionale d’Ile-de-France est bien plus réactive pour prendre des décisions de renforcement de l’offre de transports lors de mouvements sociaux… qu’au quotidien, comme l’appellent pourtant les usagers et les agents des transports qui, chaque jour, ont à souffrir d’une insuffisance et d’une saturation des transports publics !

Ile-de-France Mobilité (IDFM), autorité organisatrice des transports, a demandé à la RATP de renforcer l’offre de transport aux heures de pointe les jours de grève de la SNCF, en semaine.

Cette exigence vise à modifier les services de la RATP, entreprise publique nationale de service public, afin de pallier au mouvement de mobilisation sociale à la SNCF, autre entreprise publique nationale de service public.

Une telle exigence en dit long sur la philosophie politique qui guide cette décision : C’est une tentative grossière pour tenter de contrecarrer l’exigence sociale portée par les cheminots et d’autres salariés en lutte pour un service public de qualité !

Renforcer le service public au quotidien, OUI ! Réorganiser les services RATP pour contrecarrer la grève à la SNCF, NON !

La CGT-RATP invite Madame Pécresse, Présidente de Région et d’IDFM, à donner les moyens pour des transports renforcés au quotidien, pour plus de bus, de tramways, de métros et de RER chaque jour, pour des transports de qualité.

La CGT-RATP appelle les salariés de la RATP à ne pas se déclarer volontaires sur des services visant à pallier à la grève de la SNCF.

La lutte des cheminots a des échos à la RATP, la CGT-RATP invite les salariés de la RATP à s’interroger sur leur propre engagement dans la mobilisation sociale, notamment à l’occasion de la journée nationale d’action du 19 avril prochain.

Paris, le 3 avril 2018

22 mars et après… 
AMPLIFIER LES MOBILISATIONS !

CommuniquE

La CGT-RATP a appelé les salariés de la RATP à se mobiliser ce jeudi 22 mars, journée d’action de plusieurs fédérations, afin de se faire entendre sur la situation sociale et salariale à la RATP, pour le développement et la défense du service public.

Notre démarche s’appuie sur la prise en compte des revendications qui s’expriment à l’entreprise : augmentation des salaires, arrêt des suppressions de poste, gagner de meilleures conditions de travail, suppression de la journée de carence, arrêt des mesures de régression sociale… Ce sont là des préoccupations quotidiennes pour les agents qui s’inscrivent dans le contexte de régression sociale généralisée, de remise en cause de la protection sociale, d’attaques sur le pouvoir d’achat et les droits collectifs que tente d’imposer le gouvernement.

Les choix politiques actuels amènent à la généralisation des dégradations des conditions de travail et du niveau de l’emploi, à la remise en cause des service publics, de notre modèle social, tout comme, plus largement, à l’accroissement des inégalités dans la répartition des richesses créées par le travail. Cela appelle à l’élargissement des mobilisations et à la généralisation des actions dans les entreprises.

Contrairement à ce qui s’est dit, écrit ou relayé par certains médias, voire certaines organisations syndicales à la RATP, les enjeux de la période dépassent largement ceux d’une simple « solidarité » avec les Cheminots.

L’action de la CGT est, par nature, solidaire car porteuse d’une vision de la société qui s’ancre prioritairement dans la réponse aux besoins des populations, tant dans le domaine des transports que plus largement.

Ce dont il s’agit dans la période, ce n’est donc pas de « soutenir » certains salariés en lutte, mais de provoquer la mobilisation de chacune et chacun !

L’appel de la CGT-RATP a tout son sens dans le sort que réserve le gouvernement aux Cheminots à travers sa future réforme et son plan « Action Publique 2022 » pour la Fonction Publique.  Dans les deux cas, le gouvernement veut mettre en cause la maîtrise publique des missions et œuvrer à leur privatisation : projet de changement du statut juridique de la SNCF offrant la possibilité d’une ouverture du capital aux marchés financiers ; projets de privatisation et d’abandon de missions dans la Fonction publique…

C’est pour ne pas être les sacrifiés d’une politique antisociale que les salariés RATP se mobilisent ce 22 mars et tout au long des prochaines semaines, particulièrement le 19 avril, date d’une journée d’action nationale interprofessionnelle !

Service public, Statut du personnel, Salaires et conditions de travail… NE RIEN LACHER !

Paris, le 22 mars 2018

Accident mortel sur le RER Ligne A

Un dramatique accident du travail s’est produit hier matin sur le RER Ligne A. Le bilan  est  extrêmement  lourd :  un  salarié  mort,  un  grièvement  blessé  et  plusieurs salariés extrêmement choqués psychologiquement.

Le 5 mars, vers 5 heures du matin, entre les gares de  « Bussy-Saint-Georges » et « Val d’Europe », un salarié de la société « Colas Rail » (prestataire de la RATP) travaillant sur les  voies  a  été  heurté  par  un  RER,  provoquant  son  décès.  Deux  autres  salariés  se trouvaient à proximité, l’un d’eux a été blessé à la jambe, le second est fortement choqué comme  la  conductrice.  Ils  ont  été  immédiatement  conduits  à  l’hôpital  et  deux  agents RATP présents dans la cabine de conduite ont été pris en charge.

A ce jour, les circonstances de ce drame sont connues, par contre, les causes et les responsabilités restent à définir. Une enquête a été ouverte afin de les déterminer.

Les  élus  CGT  au  sein  des  Comités  d’Hygiène  de  Sécurité  et  des  Conditions  de  Travail (CHSCT) se sont immédiatement mobilisés, ils diligentent eux aussi une enquête et se réuniront avec l’ensemble des acteurs concernés.

Perdre sa vie au travail est une cruelle réalité, chaque jour en France ce sont plusieurs salariés qui succombent en exerçant leur métier.

Cette réalité nous rappelle de la manière la plus brutale qui soit, le besoin de dispositifs de  sécurité,  d’équipements  adéquats,  de  procédures  sécuritaires,  de  formation  aux risques professionnels, etc… Toute économie dans ce domaine de la part des entreprises devrait être considérée comme une faute inexcusable.

Sans tirer de conséquences hâtives sur le drame survenu hier à la RATP, notons tout de même  que  l’époque  est  pour  le  moins  particulière  étant  donné  la  perspective  de suppression des CHSCT suite aux Ordonnances « Macron » sur la Loi Travail.

Ce drame nous en rappelle d’autres : ceux survenus en Angleterre lors de la privatisation du rail. Les enquêtes en cours permettront de définir les causes de celui-ci.

La CGT-RATP apporte tout son soutien et sa solidarité à l’égard des victimes et de leurs familles. Elle présente ses condoléances à la famille de notre collègue décédé.

Paris, le 6 mars 2018

STOP carence ! CGT, UNSA, SUD et CFE-CGC

Logo-unitaire

Le   jeudi   21   décembre   2017,   la   Direction   de   la   RATP   a   reçu   les   organisations   syndicales représentatives à RATP : CGT, UNSA, SUD et CFE-­‐CGC afin de les informer sur les conséquences de l’instauration, par le Gouvernement, d’une journée de carence à la RATP lors de tout arrêt maladie, dès le 1er janvier 2018.

Tandis que les salariés RATP en CDI, de ce fait rattaché au régime général de la Sécurité Sociale pour leur protection sociale, voient leurs trois  jours de carence légaux intégralement pris en charge par l’Entreprise,

Tandis que plus des deux-­‐tiers des salariés français bénéficient de la prise en charge des trois jours de carence imposés par le régime général,

La Direction de la RATP fait  le  choix de faire  supporter ce recul social aux agents sous statut, sans même  chiffrer  une  solution  alternative,  travailler  sur  des  hypothèses  de  prises  en  charge  ou  de compensation, comme l’amélioration de notre contrat de Prévoyance HUMANIS par exemple !

Nos quatre organisations syndicales ont exprimé leur colère vis-­‐à-­‐vis d’un choix politique pénalisant pour  les  agents  et  leur  incompréhension  du  fait  qu’il  est  démontré  que  dans  le  secteur  privé  ce dispositif ouvre à des arrêts de travail de plus longue durée…

Pour  rappel,  le  taux  d’absentéisme  pour  maladie  en  France  est  équivalent  à  16,6  jours  pour  les salariés  dans  le  privé.  Il  est  de  29,55  jours  pour  les  salariés  du  transport…  Il  est  « seulement »  de 10,59 jours pour les agents de la RATP !

Il  nous  a  été  indiqué  qu’aucune  discussion  supplémentaire  avec  les  organisations  syndicales représentatives n’aurait lieu sur le sujet… fin de toute discussion aussi sur la recherche de solutions !

La CGT, l’UNSA, SUD et la CFE-­‐CGC n’entendent pas en rester là et ont déposé immédiatement une alarme  sociale  auprès  de  la  Direction  Générale,  première  étape  de  notre  opposition  totale à  cette décision politique du gouvernement et à l’application qui en serait faite au sein de notre entreprise !

Paris, le 22 décembre 2017

Madame Pécresse aime le théâtre ? Bienvenue à la RATP !

Le 16 novembre dernier, la RATP inaugurait en grande pompe la réouverture de son centre bus de Montrouge après plusieurs années de travaux.

À cette occasion, la Présidente de la Région Ile-de-France était invitée par la RATP… Une occasion de rencontrer des agents ? Surement pas !

Aussi absurde et incroyable que cela paraisse, se sont des comédiens qui ont  été  embauchés par la RATP pour cette occasion. Les agents de la RATP ont, eux, été invités à quitter les lieux !

La CGT-RATP dénonce cette mascarade, ce mépris à l’encontre des agents du service public qui ne seraient pas assez présentables ? Respectables ? Fréquentables ?

La CGT-RATP dénonce cette gabegie d’argent public, tout particulièrement à l’heure où la moindre dépense est scrutée à la loupe par la direction de la RATP, que les salaires sont gelés, les dispositions sociales revues à la baisse, etc…

Au sein même de ce centre bus, des économies de « bouts de chandelles » sont faites  sur les outils et les équipements pour la maintenance.

Madame la PDG de la RATP, si vous souhaitez inviter la Présidente de Région et du STIF au théâtre, libre à vous… Mais pas au sein de la RATP !

Les agents de la RATP méritent considération et respect, sans eux, impossible de faire fonctionner des réseaux qui, chaque jour, transportent plus de 12 millions de voyageurs.

Les Agents de la RATP ne sont ni des acteurs ni des figurants… Même si, au sein de votre direction de la communication, il doit y avoir une ribambelle de clowns !

Paris, le 20 novembre 2017

picto-pdf 2017 11 20 COMMUNIQUE CGT RATP sur visite V. PECRESSE

Train-Surffing

Soyez jeunes, soyez audacieux… mais restez vivants !

Comme d’autres phénomènes liés au besoin d’exister, le « train-surfing » fait des émules à Paris et tue !

C’est encore le cas la semaine dernière où un jeune a trouvé la mort en heurtant une verrière au niveau de la station Bir-Hakeim.

Ce phénomène, bien que très marginal, n’en reste pas moins consternant de bêtise.

L’envie d’exister sur les réseaux sociaux ou dans la vraie vie est, certes, une réalité de notre époque pour une jeunesse désœuvrée. Pour autant, de tels phénomènes ne pourraient se propager sans la passivité de celles et ceux qui, devant leurs écrans regardent, commentent positivement, voire incitent à toujours plus de prise de risque inconscient, au seul prétexte d’un divertissement autour d’une performance qui serait remplie d’adrénaline.

Les infrastructures de transports publics ne peuvent être détournées de leur fonction qui, quotidiennement, grâce aux agents RATP, dans leur utilisation normale assurent la sécurité de millions de voyageurs. C’est pour cela qu’elles ne sont pas des terrains de jeux.

La CGT-RATP appelle les jeunes à vivre pleinement leur besoin de se construire, de se dépasser, voire de braver certains interdits… mais leur rappelle aussi combien la vie mérite d’être vécue et que l’adrénaline peut être trouvée dans des expériences collectives bien plus constructives.

Paris le 31 oct 2017

 

 

 

Paris, le 30 octobre 2017

NOMINATION D’UNE NOUVELLE PDG A LA TÊTE DE LA RATP

CGT-RATP-WP

La CGT exigeante sur le Statut de l’entreprise publique !

Après la nomination de Mme Elisabeth BORNE comme Ministre chargée des transports, le gouvernement vient de proposer Mme Catherine GUILLOUARD comme nouvelle PDG de la RATP.

Cette nomination n’est pas sans surprendre, en effet, Mme Guillouard, en dépit d’un parcours professionnel dense, n’a pas eu d’expérience dans le domaine des transports terrestres. De plus, son nom n’est apparu que très récemment dans la liste des prétendants à ce poste.

La CGT-RATP n’est pas sans méconnaitre son parcours, notamment son rôle lors de l’ouverture du capital d’Air France à la fin des années 90 et la fusion avec la société KLM. Si nous rapprochons cela des récents propos du Président Macron, de son Premier ministre et du ministre des finances concernant le retrait des participations de l’Etat dans les entreprises où celui-ci détient des parts, nous pouvons légitimement être interrogatifs sur les raisons qui ont conduit à sa nomination à la tête de la RATP, entreprise publique nationale de service public.

Interpellée sur ce sujet par les élus CGT au Conseil d’Administration, Mme Guillouard a affirmé que le mandat que lui ont confié le Président de la République et le Premier Ministre, ne prévoyait ni changement de statut, ni ouverture du capital de la RATP. La CGT-RATP en prend acte et nous demeurerons vigilants et mobilisés pour que cela soit respecté dans la   durée.

Mme Guillouard, élue ce jour PDG de la RATP par son Conseil d’Administration avec 14 voix « Pour » et 11 « Abstentions » (dont 4 CGT), doit maintenant être auditionnée par les commissions de l’Assemblée Nationale et du Sénat, préalablement à sa nomination définitive par le Conseil des Ministres et le Président de la République. Elle aura ensuite trois mois pour présenter ses orientations.

La CGT-RATP revendique une réorientation fondamentale de la trajectoire assignée par l’Etat à la RATP dans le cadre d’une nouvelle lettre de mission, autour de cinq points :

  • Réaffirmer la RATP comme EPIC, entreprise à caractère intégré multimodale, vecteur d’efficacité économique et sociale ;
  • Replacer les valeurs et les principes de Service public au centre du projet d’entreprise ;
  • Réviser en profondeur la stratégie de développement du Groupe RATP ;
  • Renforcer la RATP dans son rôle au service d’une politique de relance et de développement industriel ;
  • Préserver et renforcer le modèle social de l’entreprise, ce qui implique notamment l’arrêt des mesures de productivité contre l’emploi, qui dégradent les conditions de travail des agents et met en cause la qualité de service pour les pour les usagers.

Paris, le 12 juillet 2017 – 12h00

IRP Transversales AGENDA nos COMMUNIQUES En DIRECT Newsletter Mentions legales
© 2014 Cap Développement