27.04.2017 Point 7: coût s de gestion de la CCAS

La Direction de la CCAS a rencontré, début avril, les syndicats représentatifs pour leur présenter le dossier « Éléments de diagnostic sur les coûts de gestion du risque maladie de la CCAS ».
Ce dossier consiste à fragiliser à nouveau  notre régime spécial de protection sociale en s’appuyant sur un rapport de l’IGAS de 2013 qui visait à faire la démonstration d’un soi-disant surcoût des régimes spéciaux…

Or il nous faut rappeler l’histoire et la responsabilité, voire la volonté de la direction.

  • En 2004, la direction de la RATP soutenue par les syndicats réformistes complices sortait la maladie et les accidents du travail du compte d’exploitation de l’entreprise.
  • En 2006, la gestion de nos retraites était confiée à la CRP adossée au régime général…
  • En 2008, la direction de la RATP mettait en place à la CCAS le système informatique « MIAMI » géré par la MSA (Mutuelle Sociale Agricole qui est le 2eme plus gros régime).
  • En 2014, nous perdions la gestion des prestations familiales au profit du régime général.
  • En 2015, nous perdions la gestion du chômage au profit du régime général.

De fait, depuis 2004, la direction de la RATP et les gouvernements détricotent petit à petit notre régime afin de faciliter la bascule au régime général le jour où les politiques le décideront avec la direction de la RATP.
Tout cela s’inscrit évidemment dans le cadre de l’ouverture à la concurrence prévue et souhaitée par nos dirigeants.
A ces réalités, il convient d’ajouter les choix qui ont été opérés par la direction de la RATP comme par exemple le choix d’avoir opté pour MIAMI au coût particulièrement prohibitif, d’imposer l’externalisation des contrôles à domicile qui viennent alourdir les coûts de gestion, ou encore cette question du coût des locaux qui consiste à louer à la CCAS des locaux dont la RATP est propriétaire et que nous contestons vivement.
Alors n’en déplaise à l’IGAS et aux politiques qui n’aspirent qu’à la destruction de notre protection sociale, notre régime spécial est efficace socialement et économiquement, il est même meilleur que la moyenne des autres régimes, notamment par :

  • Des délais de remboursements plus courts,
  • Des remboursements simultanés sécurité sociale et mutuelle,
  • Un service d’accueil « physique » et « téléphonique »,
  • Un service interne d’action sociale,
  • Des dépenses de santé par ressortissant inférieures de 386 € à celles du régime général !

Malgré cela, la CCAS, avec la complicité de la Direction de la RATP, tente d’imposer son projet qui vise notamment :

  • à la suppression de plusieurs dizaines de postes à la CCAS,
  • à la déqualification des postes,
  • à l’externalisation des remboursements maladie …

Car soyons clairs, parmi les trois scénarii qui nous sont proposés, le premier est irréaliste, le troisième c’est la fin du régime… Par conséquent il ne reste que le 2eme scénario.
Vous comprendrez alors que nous considérons que la responsabilité de la situation revient totalement à la direction de la RATP et à ses choix.
Néanmoins d’autres choix sont possibles en termes de redéploiements au sein de la caisse au regard du retard incroyable pris dans certains services comme, par exemple, le pôle « commission de recours amiable » avec désormais 10 mois de délai d’attente alors que le règlement intérieur prévoit un passage sous 1 mois, ou encore l’accueil téléphonique avec ses 7813 appels non traités en 2016 ou encore l’accueil en médecine conseil…
Bref il est possible d’améliorer le service rendu aux assurés mais ce n’est pas le choix qui est fait pour l’instant.
Il n’est pas utile de vous rappeler, l’attachement  que nous avons pour notre régime.
C’est donc en toute logique face à cette situation que la CGT s’organisera pour s’opposer à toute remise en cause de notre régime spécial.

Auteur: CGT_admin

Partager cet article :
%d blogueurs aiment cette page :